Lumière dans mon âme de mille feux d'enfer
Tourbillons agités de mon cœur qui se pâme
Quand ma peau et mes reins se retrouvent en flammes
Et qu'une énergie sourde veut jaillir en geysers

Quand mon esprit est pris par une bacchanale
Quand mon corps est repris par nouvelle cavale
Quand rien n'existe plus que cette cavalcade
Quand je me sens victime d'une belle cabale.

Quand tes yeux me fascinent et me plient à leur loi
Quand tes reins sont fertiles et veulent que je m'y noie
Quand tes seins sont des fruits, quand ta peau est ardente
Quand tu veux que je meure en toi et de mort lente.

Alors sans résister je me rends à ma proie
Alors sans hésiter je me prends à ses rets
Alors que m'envahit tout ce désir de toi
Et que devant ton corps je tombe en arrêt,

J'atteins ce pays bleu dont peuvent rêver les anges
Ou des cadences chaudes donnent des sons étranges
Ou le bruit de nos cœurs qui battent le tambour
Disent qu'à nos amours faut donner libre cours,

J'atteins enfin comblé ces sommets de plaisir
Ou nous ne faisons qu'un dans nos communs désirs
Où règne la seule règle d'être unis toi et moi
Ou n'est plus de morale mais la vie et sa loi.

Pierre BOUTET

Tous droits réservés