Serai je un jour capable de dépasser le vent

De voler sans entrave et d’aller au levant

D’être comme la brise, de caresser le temps

De jouer sur la frise de tes cheveux d’argent.

 

Pourrai je alors chanter comme fait une harpe

Prendre tout doucement ton cœur dans une écharpe

Etre cette mélodie qui aime à prendre pour cible

Au plus profond de toi cette corde sensible.

 

Arriverai je à danser comme un derviche fuit

A emporter le souffle qui anime ton cœur

A être l’acrobate qui fera ton bonheur

Sans que tu prenne garde à te garder de lui.

 

Saurai je déclamer plus fort que les tambours

Les vers qu’il faut écrire pour te faire la cour

Des poèmes enflammés par le feu du destin

Les images de nous deux qui se tiennent la main.

 

Et aurai je la chance de croiser ton regard

De saisir dans l’instant avant qu’il soit trop tard

Cette petite flamme qui y vacille parfois

Et donne de grands brasiers si on lui accorde foi.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés