Le temps est immobile alors nous on galope
Illusion fort trompeuse car l'aiguille est salope
Insaisissable fluide mais aussi immuable
Pareil une eau vive ou semblable au sable

On ne peut l'arrêter et lorsque je calcule
Quand le temps lui avance, c'est la vie qui recule
Le traversons nous ou est ce lui qui nous perce ?
Flottons nous dans le temps où est ce lui qui nous berce ?

Le seul dieu de ce monde est bien ce diable là
De tout il vient à bout, en lui tout qui s'en va
Il a faim de nos vies, y marque le mot fin
Il est indifférent, proche et pourtant lointain.

Le temps est assassin, il ne faut s'y fier
Ne pas compter demain, oublier le passé
Un seul moment existe où on peut le tromper
C'est cet instant présent qu'il ne peut me manger.

Si je vis au présent je lui fait bien la nique
Cette seconde là, pas question qu'il l'a pique
Il nous faut être agile, rester bien dans l'épure
Il faut la savourer tout l'instant qu'elle dure.

Le passé je l'oublie, l'avenir je l'écris
Mais le moment présent c'est le seul que je vis.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés