La douce couleur bleu
Que diffuse la nuit
Gomme délicate les bleus
D'une douleur enfouie

Le silence apaisant
De la chambre assombrie
Répond au ronflement
De la belle endormie

Le drap est bien tiré
Sur son épaule nue
Rien n'est à retirer
De la belle ingénue.

L'aiguille de l'horloge
Semble bien arrêtée
Le lit où elle se love
Si elle y pouvait rester...

Cet instant, cette pause
Pour moi seul elle dispose
De l'émotion qui nait
Dans ce moment secret.

Pierre BOUTET

Tous droits réservés