Une goutte dans la bouche avec un goût de cendres
Mille feux se consument dans les rues sous décembre
Quand la pluie lavera les décombres, c'est sûr
De longues traînées noires maculeront les murs.

Une goutte dans la bouche avec un goût de sang
Les soldats assoiffés se détournent des puits
Les corps accumulés en obstruent les conduits
La guerre à tout détruit de la ville d'avant.

Hier des maisons superbes et des places animées
A présent que des ruines avec des morts dedans
Hier une ville heureuse pour tous ses habitants
Maintenant un désert, de toutes vies privé.

Ce que des hommes ont fait en des siècles patients
De belles avenues et de fiers monuments
En seulement quelques heures, d'autres ont tout détruit
Sans l'ombre d'un respect pour ces œuvres bâties.

Une goutte sur la peau elle est couleur de cendres
Le soldat a si peur de se faire descendre
Pourquoi choisir la voie que lui dicte la haine
Quand prendre une vie ça ne vaut pas la peine.

Une goutte sur la peau elle est couleur de sang
Il pense tout à coup à ceux qui sont absents
Il rêve du pays, des siens, de sa famille
Des larmes montent à ses yeux, voyez comme ils cillent.

Hommes de tous pays, n'allez pas à la guerre
Semer tout ce malheur dans la vie de vos frères
Faites plutôt le bien, l'amour sur cette terre
Surtout n'écoutez pas ceux qui prônent le contraire.

Pierre BOUTET

Tous droits réservés