Quand bien jamais tu oses, alors tu te reposes,
Offrir bouquets de roses, pourquoi faire ces choses
Détours qui se conjuguent, et volonté qui fugue
Mais tu es le seul juge, c'est toi seul que tu gruges.

Quand bien jamais tu veux, alors tu joues ce jeu
Dénouer tous ces nœuds, pourquoi faire si peu
Raisons qui s'entremêlent, et vouloir qui se fêle
Mais tu es le seul maître, vois donc ce qui peut naître.

Quand bien jamais tu peux, alors tu forces un peu
Trier parmi ces vœux, pourquoi agir au mieux
Possibles qui se bousculent, volonté qui recule
Mais tu es le seul acteur, tu joues à te faire peur.

Quand bien jamais tu aimes, alors tu te démènes
Voir clair parmi ces jeux, pourquoi faire la queue
Tous ces autres qui viennent, plus rien qui te retienne
Mais tu es le seul qu'elle aime, tu connais bien ce thème.

Pierre BOUTET

Tous droits réservés