Coutume est chez nous de faire une ovation

à tous ceux qui remportent de belles élections

Hier soir n’en est vu guère ce n’était que sermons

Serments de bien mieux faire et belles contritions

 

N’étaient pas à la fête nos très anciens champions

Pour faire le genre de tête qu’entraîne ces occasions

Bien surpris pour beaucoup après la peur panique

De retrouver un siège, la peur qu’on le leur pique

 

Vont-ils réaliser qu’après cette semonce

A ne pas réformer il faudra qu’ils renoncent

Les questions non réglées, problèmes accumulés

Faudra qu’ils y répondent peuvent plus reculer

 

Mais expliquer aussi aux foules impatientes

Que les réponses exigent du temps de la patience

Qu’elles demandent aussi courage et restrictions

Du moins pour ceux qui tirent encore les marrons

 

Si ce grand soir bien triste et si plein de questions

Peut à tous ces caciques faire entendre raison

Si les choix malheureux peuvent être écartés

Cela demandera beaucoup de volonté.

 

Mais il faut bien comprendre, ce ne serait pas sage

les solutions parfaites elles n’existent pas

alors il faut se satisfaire des meilleurs compromis

c’est en démocratie, le seul moyen qu’on a.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés