Retiens bien l'aiguille, cache moi ta montre
Je veux que ce moment ne s'arrête jamais
Comme une anguille, que garderaient nos mains
Pourquoi ne pas rester ainsi jusqu'à demain.

Dans cet instant parfait, suspendus à nos lèvres
Ce sentiment si rare d'être en équilibre
Dans ce monde agité qui sans cesse nous bouscule
Reste un peu avec moi sur le siège à bascule.

La course effrénée et sans hâte du temps
Reprendra bien sans nous, restons bien cachés là
Personne ne nous cherche, nous sommes si bien là
Blottis l'un contre l'autre, c'est bon de temps en temps.

Retiens bien les secondes, les minutes, les heures
Nous reprendrons la course, à nouveau, tout à l'heure
Mais respirons un peu ce moment de bonheur
Mais restons donc ainsi réunis cœur à cœur.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés