Quand cet oiseau sauvage évolue dans les airs
Grandes ailes ouvertes et queue en éventail
Quand il plane au dessus de nos têtes levées
Qu'il traverse la plaine seul ou en bandes serrées

Nous sommes revenus aux premiers temps du monde
Nous voyons la nature lors qu'elle était féconde
Lorsque mille espèces librement la peuplaient
Lorsque alors mille espèces librement s'accouplaient.

Bientôt nous rêverons ces spectacles magiques
Ou les admirerons sur nos écrans ludiques
Bientôt ils rejoindront les plus beaux souvenirs
D'un monde qui fut nôtre que nous avons détruit.

Alors regardons bien ces animaux, ces arbres
Avant qu'il ne deviennent un spectacle macabre
Avant qu'ils ne rejoignent de tristes cimetières
Avant qu'ils ne rejoignent les rangs de nos chimères.

Pierre BOUTET

Tous droits rééservés